Accueil Etudes SAGA NYSSEN

La saga Nyssen et « ACTES SUD »


      Quarante ans d'existence pour la maison d'édition « Actes Sud », née en 1978 dans une bergerie provençale du XVIIIème siècle « Le Paradou », sous l'impulsion d'un certain Hubert Nyssen, publicitaire en Belgique et écrivain. Dix ans auparavant, Nyssen avait fondé dans ce lieu un atelier de cartographie « Actes » avec un jeune géographe. En 1977, à l'âge de 50 ans, il avait laissé son collaborateur continuer à Bruxelles sous le signe d'« Actes Nord » et créé avec sa compagne « Actes Sud » pour se lancer dans l'édition littéraire. Le premier ouvrage, La Campagne inventée, de Michel Marié et Jean Viard parut en 1978. Dès le début fut adopté le format étiré 10/19. Ce n'est pas toujours facile sur le plan de la trésorerie. Un matin de l'hiver 1979, Françoise, la fille de Hubert, rejoint son père. Elle a laissé son travail parisien, s'embarquant vers le Sud dans une camionnette de location, avec enfants, piano et chats. Elle a toujours manqué de confiance en elle, au point de se lancer, adolescente, dans des études de sciences, de crainte d'échouer en lettres, puis de se laisser influencer par le second mari de sa mère, le généticien René Thomas, et de devenir chercheuse. À cette période de sa vie, elle s'était investie dans les comités de quartier, l'action sociale et éducative en direction des enfants défavorisés, et avait abandonné son doctorat pour se tourner vers des études d'urbanisme. Quelque temps plus tard, fuyant Bruxelles, elle s'était installée à Paris avec deux enfants en bas âge pour travailler à la Direction de l'architecture, mais elle s'adaptait mal à la vie de notre capitale ; en fait, elle se cherchait. Une nouvelle vie s'annonce pour elle, d'autant plus qu'en 1982 elle s'enflamme pour un agronome, Jean-Paul Capitani, qui intègre « Actes Sud » et en devient un solide capitaine.

     En 1983, la structure a un effectif de 154 personnes, ce qui l'oblige à quitter le mas pour Arles. Elle sort un livre par jour, 350 par an. Puis arrivent Millénium, Paul Auster, Nina Berberova (1984) et avec eux le succès. « Actes Sud » devient une entreprise, rachète « Papiers » en 1987, ce qui entraîne la publication d'une quarantaine de pièces de théâtre chaque année, rachète également « Sindbad », ouvre « Actes Sud junior », reprend « Solin ». « Actes Sud » est novateur, se bat contre les dégâts du Nouveau Roman en montrant que la littérature n'est pas française, mais internationale. Sa plus belle histoire est celle vécue avec Nina Berberova, une écrivaine extraordinaire arrivée à 83 ans sans avoir le moindre succès et qu'il a fait éditer en sept ans en 26 langues différentes avec un million d'exemplaires vendus en France.

    En 1987, Françoise Nyssen devient présidente d'« Actes Sud » et fait peu à peu son chemin puisque la petite maison d'édition créée par son père a aujourd'hui 11000 titres au catalogue, 217 employés, a publié le meilleur de la littérature contemporaine, de Kamel Daoud à Nancy Huston, et récolté les bénéfices de sa fidélité envers les écrivains avec trois prix Goncourt en moins de douze ans (Laurent Gaudé, Jérôme Ferrari, Mathias Énard) et deux prix Nobel de littérature (Imre Kertész, Svetlana Alexievitch).

     Hubert Nyssen, que nous avions vu et entendu à Montauban à lettres d'automne, s'en est allé le 12 novembre 2011 à l'âge de 86 ans, laissant une entreprise passionnante, mais bien ancrée dans le monde culturel, une entreprise qui a connu à ses débuts une situation financière un peu rude (avant le succès foudroyant de Millénium), mais a généré beaucoup de bonheur.

    « Actes Sud » n'en finit pas de grandir. En effet, l'entreprise a pris le contrôle d'une dizaine de confrères, constitué un réseau de librairies, créé des bureaux à Paris, mis en place à Arles un centre culturel. Ses bénéfices tournent autour de 2,5 millions d'euros, ce qui lui assure l'indépendance. La société appartient à 95% à une SCI familiale composée principalement de Françoise et son mari. Pour l'essentiel, souligne Bertrand Py, le directeur éditorial, « ils utilisent leurs dividendes pour entreprendre et pour servir, avec beaucoup de générosité ». C'est ainsi qu'après le suicide de leur fils âgé de 18 ans, Antoine, en février 2012, dans une école spécialisée du Massachusetts, ils ont créé une école alternative, « Le Domaine du Possible », dédié aux enfants précoces exclus du système scolaire classique. Dyslexique, dyspraxique, cet adolescent ne trouvait pas sa place et a laissé le message suivant à ses parents : « Ça me rendra heureux de savoir que vous vous portez bien et que vous faites des choses que vous aimez. » Il aurait été certainement à son aise dans cet établissement installé à La Volpelière, construit sur 120 hectares entre la Crau et la Camargue qui, sous l'égide d'Edgar Morin et de Pierre Rahbi, propose une alternative au vieux système éducatif et accompagne une centaine d'élèves en difficultés, de la maternelle au baccalauréat, au milieu des oliviers, amandiers, pins d'Alep, moutons, taureaux et chevaux.

    En mai 2017, une page nouvelle s'est ouverte pour Françoise Nyssen qui a dû laisser la présidence d' « Actes Sud » à son mari. À sa grande surprise, elle a été nommée ministre de la culture par Emmanuel Macron. Contrairement à son père, elle n'est pas sensible aux honneurs. Elle a accepté cette responsabilité après un peu de résistance, capitulant devant la force de persuasion du président de la République expliquant que ce ministère a besoin d'être incarné, réenchanté, devant l'attitude admirable de son mari qui veut bien assurer la continuité de l'entreprise. Elle a senti également que, du haut de son paradis, Antoine la guidait vers une nouvelle mission au service des autres. Le chemin ne sera peut-être pas tranquille, mais Françoise Nyssen est une adepte du yoga et du shiatsu. Elle doit son apparence calme à l'heure de méditation qu'elle se réserve tous les matins, méditation au cours de laquelle elle pratique les cinq tibétains, des exercices propres à chasser le stress.

    Nulle inquiétude à avoir pour l'entreprise « Actes Sud ». Sa pérennité semble assurée par les enfants Nyssen puisque vers l'âge de 30 ans trois filles sont revenues vers la maison pour y trouver leur place et y travaillent désormais. Elles seront et sont déjà au service de ce projet initié par leur grand-père, en accord avec l'idée qu'il se faisait du métier d'éditeur ! Placer l'éditorial au centre, s'attacher au contenu des livres, prêter attention à tous ceux dont on a la responsabilité, les auteurs comme l'équipe. Et veiller à conserver le plaisir de le faire.

Andrée CHABROL-VACQUIER