Accueil Etudes Etude : Prix littéraires

PRIX LITTERAIRES

 

Depuis la rentrée scolaire, nous assistons à la ronde des prix littéraires. Ils semblent très prisés par les écrivains qui, pour la plupart, travaillent dans l’ombre. Recherchent-ils la reconnaissance, la consécration, la gloire ou le profit ? Etre reconnu est capital car encourageant. Quel plaisir de sortir de l’ombre et de parvenir comme Philippe Delerm et Daniel Pennac à vivre de publications jusque là ignorées. Le cas de Françoise Sagan, célèbre à 17 ans avec son premier roman, est rare.

Les prix littéraires français et étrangers sont nombreux. Voyons seulement les plus côtés.

Prestigieux, le Nobel de littérature récompense annuellement depuis 1901 un écrivain ayant rendu de grands services à l’humanité, selon le testament du chimiste suédois Alfred Nobel. Il a été attribué le 13 octobre dernier au chanteur Bob Dylan pour avoir créé de nouvelles expressions poétiques dans la grande tradition de la chanson américaine. Ce prix est le mieux doté de tous : 10 millions de couronnes suédoises (1 126 000 €) jusqu’en 2012, et maintenant 8 millions de couronnes (900 000 €), loin devant le prix Cervantès (125 000 €) réservé aux hispanophones.

Citons maintenant le Goncourt, prestigieux non par le montant du chèque à la clé (10 €) mais par la perspective de ventes massives. Ainsi Pierre Lemaître, couronné en 2013 pour Au revoir là-haut (Albin Michel), en est déjà à 600 000 exemplaires imprimés et plus de 20 traductions. Beaucoup d’espoir donc pour Leila Slimani, couronnée le 3 novembre dernier pour son roman Chanson douce (Gallimard).

Que font les lauréats de ce chèque de 10 € ? Certains l’égarent comme Erik Orsenna, lauré en 1988 pour L’exposition coloniale (Seuil), ou Jean-Christophe Ruffin, pour Rouge Brésil (Gallimard, 2001), qui après l’avoir retrouvé en rangeant des papiers l’a scanné. Mathias Enard, auteur de Boussole (Actes Sud, 2015), et Lydie Salvayre, Pas pleurer (Seuil, 2014), ne l’ont pas encaissé. Patrick Rambaud, La Bataille (Grasset, 2017), l’a encadré et placé dans la maison normande qu’il a pu acheter grâce aux droits d’auteur.

On sait que deux écrivains ont encaissé ce chèque ; Pierre Amette, La maîtresse de Brecht (Albin Michel, 2013) et le Suisse Jacques Chessex, L’Ogre (Grasset, 1973), qui s’est particulièrement distingué dans la mesure où il a demandé un autre chèque pour le montrer à la TV et sans scrupule, après l’avoir exhibé, l’a également remis à la banque.

Ce chèque a-t-il toujours été aussi minime ? Pas du tout. A sa mort, en 1896, Edmond de Goncourt laissa un testament ayant pour exécuteur Alphonse Daudet, son ami qui, la même année, devait créer puis perpétuer une Société littéraire avec mission d’instituer un prix de 5 000 francs récompensant un ouvrage d’imagination en prose paru dans l’année. Ce fut la Société littéraire Goncourt ; elle délivra son premier prix en 1903 : 5 000 francs or qui, avec la dévaluation, se réduisirent peu à peu à 50 nouveaux francs en 1962.

Le chèque, tiré sur le compte de la Caisse des dépôts, était envoyé par la Poste et les laurés ne rencontraient pas forcément les jurés. Cela fait seulement dix ans qu’ils déjeunent ensemble chez Drouant où le chèque est remis en main propre et signé de la Société littéraire des Goncourt. Philippe Claudel a obtenu que le menu soit signé par les dix académiciens et il l’a affiché dans son salon à côté du chèque. Ces dix académiciens sont les suivants : Bernard Pivot, président depuis le 7 janvier 2014, Eric Emmanuel Schmitt, Didier Decoin, Paule constant, Patrick Rambaud, Tahar Ben Jelloun, Virginie Despentes, Françoise Chandernagor, Philippe Claudel, Pierre Assouline.

 

Quelques prix non cités précédemment :

Renaudot : Yasmina Reza, Babylone (Flammarion)

Femina : Marcus Malte, Le Garçon (Zulma)

Médicis : Steve Sem-Sandberg, Les Elus (R. Laffont)

Grand prix du roman de l’A.C. française (100 000 €) : Adélaïde de Clermont-Tonnerre, Le Dernier des nôtres (Grasset)

Prix littéraire du Monde : Ivan Sablonka, Laëtitia ou la fin des hommes (Seuil)

Prix du roman FNAC : Gaël Faye, Petit Pays (Grasset) aussi Goncourt des lycéens 

Prix Décembre (30 000 €) : Alain Blottière, Comment Baptiste est mort (Gallimard)

Prix de Flore (6 100 €) : Nina Yargekov, Double nationalité (POL)

Prix Interallié : Serge Joncour, Repose-toi sur moi (Flammarion)

 

Les prix littéraires sont multiples et il en existe à tous les niveaux. En réalité, je ne crois pas qu’ils fassent courir les écrivains mais plutôt leurs éditeurs qui bâtissent ainsi leur réputation et leur fortune, après avoir encouragé, aidé, corrigé le poulain à potentiel.

Les écrivains s’expriment en général par besoin intérieur et non matériel. Comme tous les artistes, peintres, sculpteurs, musiciens, ils construisent une œuvre. Certes, il leur est agréable d’être reconnu, de recevoir un prix que certains refusent parfois. Dans ce domaine, tout devient irrationnel, surtout quand on remporte le Goncourt, on reçoit un chèque de 10 € alors que le livre fait dans la foulée des centaines de milliers de ventes.