Accueil Etudes

LITTERATURE ET CINEMA 

 

« À quoi sert le cinéma s’il vient après la littérature ? » déclara Jean-Luc Godard après la sortie du film Le Redoutable, du réalisateur Michel Hezanavicus (également réalisateur du film The Artist) adapté du roman Un an après de la petite fille de François Mauriac, Anne Wiazemsky, sa muse et épouse de 1967 à 1970. Le roman racontait leur vie commune.
Les cinéastes n’en sont plus là. La réalisatrice et scénariste Emmanuelle Bercot dit : « On cherche tous une bonne histoire. Moi ça ne me dérange pas qu’elle vienne d’un roman. » Il est évident que, vu les difficultés pour financer certains films, l’adaptation d’un livre donne aux producteurs l’assurance d’un sujet crédible et intéressant. De son côté, le producteur Marc
5
Moissonnier (Django, Le petit Nicolas, Spirou, Fantasio) affirme : « Une oeuvre existante est une source d’inspiration. ». Il ajoute : « Avec la BD on tient une intrigue, un univers visuel nous permettant de mieux savoir ce que l’on va raconter, et de gagner du temps. »
Toutefois, bien que les livres plébiscités rassurent les chaînes TV qui jouent un rôle essentiel en matière de financement et attirent les stars, rien n’en garantit le succès. Ainsi, par exemple, les adaptations de Houellebecq : Extension du domaine de la lutte, La possibilité d’une île, Les particules élémentaires ont été des échecs.
L’industrie du rêve a manifesté dès ses origines un énorme appétit pour la littérature populaire et les classiques (nouvelles, pièces de théâtre, best-sellers). En plein âge d’or hollywoodien, les producteurs portaient à tour de bras des livres à l’écran : Autant en emporte le vent (1939), Les Raisins de la colère (1940), Une chatte sur un toit brûlant (1958), Un tramway nommé désir (1951), etc. Le cinéma américain a été un immense consommateur d’écrivains de 1930 à 1960.
La vogue actuelle des adaptations n’est donc pas nouvelle. Elle s’est développée aux États-Unis lors de la grande grève des scénaristes de 2007-2008 et continue en France. Serait-on en manque de scénarios ? Peut-être. De toutes façons, les écrivains sont ravis. La romancière Tatiana de Rosnay, auteur de Elle s’appelait Sarah, tourné en 2010 par Gilles Paquet-Brenner, déclare : « Le cinéma est une industrie fragile, il faut l’aider. »
Le cinéma français redécouvre la richesse de l’imaginaire des auteurs, leur sens de la dramaturgie, leur goût pour des histoires ancrées dans la réalité sociale. Chaque année, au moment de la rentrée littéraire, les producteurs s’affolent : « J’avais un coup de fil tous les jours durant deux semaines », dit Emmanuelle Bercot en 2016.Frédérique Massart, directrice des droits audiovisuels chez Gallimard, le confirme : « Notre prix Goncourt Chanson douce, de Leila Slimani, a intéressé beaucoup de monde ; c’est finalement le projet de Maïwen et du producteur Philippe Godeau qui l’a emporté. » Les auteurs installés (Philippe Djian, Olivier Adam, Grégoire Delacourt, Guillaume Musso) suscitent beaucoup d’intérêt, mais il existe également des adaptations inattendues comme celle d’Autobiographie d’une courgette, roman publié en 2002 par Gilles Paris, devenu récemment le dessin d’animation Ma vie de courgette de Claude Barras, salué de cannes à Hollywood.
Les grands marchés du film sélectionnent des livres à adapter, à Cannes (depuis 2014), mais aussi à Los Angeles et Shanghaï. Ainsi Frédérique Massart est allée en juin 2017 "vendre" sur La Croisette la BD Stupor Mundi de Néjib, puis s’est rendue en Chine pour négocier un livre de Jean-Claude Mourlurat La Ballade de Cornebique.
Tous les professionnels du cinéma et de l’édition font le même constat : en 2015 plus d’un quart des films sortis en salle étaient adaptés de livres. Et la tendance s’accentue. En 2016, citons notamment Mal de pierres de Nicole Garcia, d’après le roman de Milena Agus, La Fille de Brest d’Emmanuelle Bercot tiré du document d’Irène Frachon, Réparer les vivants de Katel Quillévéré à partir du roman de Maylis de Kérengal. Récemment on a vu sur les écrans les films de Christian Dugay Un sac de billes (Joseph Joffo), d’Étienne Comer Django (Alexis Salatko), d’Éric Barbier La Promesse de l’aube (Romain Gary), d’Albert Duportel Au-revoir là-haut (Pierre Lemaître), de Luc Besson Valérian et la cité des mille planètes (BD de Christian et Mézières), de Roman Polanski D’après une histoire vraie (Delphine de Vigan), de François Ozon L’amant double (Joyce Carol Oates), de Sofia Coppola Les Proies (de Thomas Cullinan), de Michel Hezanavicus Le Redoutable (Anne Wiazemsky), etc.
« Neuf de mes romans ont été portés à l’écran et la plupart avec succès » dit tout récemment l’écrivain américain John Guhman au directeur de la rédaction de Lire, Baptiste Liger, et il ajoute : « Je dois confesser que je pense au potentiel film lorsque j’écris mon histoire. » Il précise qu’il demande seulement de pouvoir lire le scénario, donner sans être intrusif son avis aux producteurs et au réalisateur. Il indique ensuite ne pas toujours aimer ces adaptations, qu’il voit malgré tout avec plaisir excepté L’héritage de la haine (réalisé par James Foley), mauvais film, souvent infidèle au livre.
Des chefs-d’oeuvre anciens (Les Misérables, Jane Eyre, etc.) aux pépites d’aujourd’hui, nous pouvons affirmer que le cinéma reste un passage obligé pour les grands auteurs. William Shakespeare est le plus utilisé ; ensuite viennent Alexandre Dumas et Stephen King.
6
Il faut noter qu’en France les écrivains sont de plus en plus nombreux à devenir réalisateurs, soit qu’ils adaptent leur propre livre comme David Foenkinos (La Délicatesse), Marc Dugain (Une exécution ordinaire), Bernard Werber (Nos amis les Terriens), etc., soit qu’ils réalisent un scénario original comme Philippe Claudel (Il ya longtemps que je t’aime) ou Bernard-Henri Lévy (Le jour et la nuit), soit qu’ils se prêtent aux deux exercices comme Alexandre Jardin (Fanfan), Yan Moix (Podium), Emmanuel Carrère (La moustache).
Pourquoi cette frénésie ? L’explication est-elle seulement économique, génétique, psychologique ? Il est évident que pour un auteur le cinéma est le moyen le plus direct de contenter sa "mégalomanie", comme le dit Beigbeder qui compare ce tropisme à celui qui poussait certains acteurs du XIXe siècle à tâter du théâtre. En effet, sans la puissance du cinéma, qui connaîtrait la littérature de Michel Audiard ou celle de Godard ? Par ailleurs, passer de l’écrit à l’oral c’est passer de l’exercice solitaire de la littérature au travail d’équipe. C’est également prendre des risques, car selon Claude Lelouch « 100 000 exemplaires vendus pour un livre, c’est un triomphe ; 100 000 entrées pour un film, c’est un désastre. »
Que conclure ? Le cinéma ne vient pas après la littérature selon l’opinion de Godard. Tous deux se complètent avec plus ou moins de bonheur peut-être, mais pour le plaisir des spectateurs, des lecteurs, des auteurs et réalisateurs.


Andrée CHABROL-VACQUIER

DUMAS fils ou l’anti-Œdipe

(d’après l’ouvrage de Marianne et Claude Schopp (éd. Phébus)

 

Personne n’ignore La Dame aux camélias, histoire tragique d’une courtisane abandonnée qui inspira à Verdi La Traviata. Mais qui connaît son auteur, Alexandre Dumas fils ? ce fut pourtant le plus célèbre dramaturge de son temps, aussi illustre alors que son père, créateur des Trois mousquetaires, à tel point qu’a circulé le plaisant adjectif de « dumafiste ».

 

Le nom DUMAS n’est qu’un pseudonyme adopté par le grand-père général, né Davy de la Pailleterie, le prénom étant commun à tous. Notre Alexandre tint à ce que le mot « fils » ne fût pas retranché de son nom, même après la mort de son père, d’autant plus qu’il était né hors mariage et en souffrait. Il naquit à Paris le 27 juillet 1824 d’une mère couturière, Louise Labay, séduite un soir par son voisin de palier qui menait une vie dissolue. Il ne laissa jamais tomber cette mère exemplaire qui ne se maria jamais. Son géniteur le reconnut officiellement le 17 mars 1831 ; il lui en voulut malgré tout beaucoup comme le montrent certaines de ses œuvres sur le thème de la désagrégation de la famille. Après un échec au baccalauréat, il devint un dandy très en vue, menant une vie tapageuse grâce à l’argent de son père et enchaînant les aventures.

 

De septembre 1844 à août 1845, il vit une histoire d’amour avec la demi-mondaine Marie Duplessis qui lui inspire l’écriture du roman La Dame aux camélias, écrit en 1848, quelques mois après la mort de la jeune femme. Le succès de ce livre lui ouvre une carrière littéraire tandis que celle de son père décline. Il devient l’ami de George Sand qu’il appelle sa « chère maman ». Il a une liaison avec la femme d’un prince russe : Nadajda von Knosring, dite Nadine, qu’il finira par épouser et aura deux filles en 1864 et 1867. Il aurait préféré avoir un 3ème Alexandre Dumas. En 1874, il est élu à l’Académie française et se lie avec Jules Verne. Il obtient des promotions dans l’Ordre de la Légion d’honneur (chevalier en 1857, officier en 1867, commandeur en 1888, grand officier en 1894).

 

En 1895, Nadine, de qui il était séparé, décède ; il épouse sa maîtresse Henriette Escalier (1851-1934) et meurt peu après, le 27 novembre 1895, à son domicile. Il est inhumé au cimetière parisien de Montparnasse.

 

On peut dire que sa vie a été bien remplie dans tous les domaines. Il s’est distingué avec l’écriture de La Dame aux camélias dont le théâtre s’empara, mais il a écrit de nombreux romans et contes parmi lesquels Césarine, Antonine, Le Roman d’une femme, Diane de Lys, Un père prodigue, etc., des essais : L’Homme-femme, La question du divorce, etc., des poèmes.

Sur le plan du théâtre, il a collaboré avec George Sand, Émile de Girardin, son père, etc.

 

Tout le poussait à détester ce père : sa naissance d’enfant naturel, leur rivalité d’écrivains, leur caractère différents. Mais il l’aimait et cet amour était réciproque. Il le protégeait et l’aidait financièrement jusqu’au moment où la situation devenant catastrophique à cause d’une vie agitée, il prit ses affaires en main. L’enfant rebelle dans sa jeunesse se révéla être un anti-Œdipe : protecteur de celui qui l’avait mis au monde, ce « grand enfant qu’il eut tout petit ».

 

Comment expliquer la célébrité posthume de l’auteur des Trois Mousquetaires et l’oubli du père de La Dame aux camélias ? On ne se rappelle bien souvent que du premier au point de lui attribuer le chef-d’œuvre du second. Pourquoi ?

 

P.S. : Marie Duplessis avait été baptisée la « Dame aux camélias » par sa fleuriste. Dans Le Nouvel Observateur du 1er février 2018, il est fait allusion au château de Port-Marly bientôt baptisé « Château de Monte Cristo » que se fit construire Alexandre Dumas père dans une période faste. Il est précisé qu’il va devenir l’Hôtel Monte Cristo, « un établissement qui s’inscrit dans le XIXe siècle et qui a pour thème l’écrivain A. Dumas », nouvelle preuve de l’oubli dans lequel est tombé le fils.

 

Andrée CHABROL-VACQUIER

La saga Nyssen et « ACTES SUD »


      Quarante ans d'existence pour la maison d'édition « Actes Sud », née en 1978 dans une bergerie provençale du XVIIIème siècle « Le Paradou », sous l'impulsion d'un certain Hubert Nyssen, publicitaire en Belgique et écrivain. Dix ans auparavant, Nyssen avait fondé dans ce lieu un atelier de cartographie « Actes » avec un jeune géographe. En 1977, à l'âge de 50 ans, il avait laissé son collaborateur continuer à Bruxelles sous le signe d'« Actes Nord » et créé avec sa compagne « Actes Sud » pour se lancer dans l'édition littéraire. Le premier ouvrage, La Campagne inventée, de Michel Marié et Jean Viard parut en 1978. Dès le début fut adopté le format étiré 10/19. Ce n'est pas toujours facile sur le plan de la trésorerie. Un matin de l'hiver 1979, Françoise, la fille de Hubert, rejoint son père. Elle a laissé son travail parisien, s'embarquant vers le Sud dans une camionnette de location, avec enfants, piano et chats. Elle a toujours manqué de confiance en elle, au point de se lancer, adolescente, dans des études de sciences, de crainte d'échouer en lettres, puis de se laisser influencer par le second mari de sa mère, le généticien René Thomas, et de devenir chercheuse. À cette période de sa vie, elle s'était investie dans les comités de quartier, l'action sociale et éducative en direction des enfants défavorisés, et avait abandonné son doctorat pour se tourner vers des études d'urbanisme. Quelque temps plus tard, fuyant Bruxelles, elle s'était installée à Paris avec deux enfants en bas âge pour travailler à la Direction de l'architecture, mais elle s'adaptait mal à la vie de notre capitale ; en fait, elle se cherchait. Une nouvelle vie s'annonce pour elle, d'autant plus qu'en 1982 elle s'enflamme pour un agronome, Jean-Paul Capitani, qui intègre « Actes Sud » et en devient un solide capitaine.

     En 1983, la structure a un effectif de 154 personnes, ce qui l'oblige à quitter le mas pour Arles. Elle sort un livre par jour, 350 par an. Puis arrivent Millénium, Paul Auster, Nina Berberova (1984) et avec eux le succès. « Actes Sud » devient une entreprise, rachète « Papiers » en 1987, ce qui entraîne la publication d'une quarantaine de pièces de théâtre chaque année, rachète également « Sindbad », ouvre « Actes Sud junior », reprend « Solin ». « Actes Sud » est novateur, se bat contre les dégâts du Nouveau Roman en montrant que la littérature n'est pas française, mais internationale. Sa plus belle histoire est celle vécue avec Nina Berberova, une écrivaine extraordinaire arrivée à 83 ans sans avoir le moindre succès et qu'il a fait éditer en sept ans en 26 langues différentes avec un million d'exemplaires vendus en France.

    En 1987, Françoise Nyssen devient présidente d'« Actes Sud » et fait peu à peu son chemin puisque la petite maison d'édition créée par son père a aujourd'hui 11000 titres au catalogue, 217 employés, a publié le meilleur de la littérature contemporaine, de Kamel Daoud à Nancy Huston, et récolté les bénéfices de sa fidélité envers les écrivains avec trois prix Goncourt en moins de douze ans (Laurent Gaudé, Jérôme Ferrari, Mathias Énard) et deux prix Nobel de littérature (Imre Kertész, Svetlana Alexievitch).

     Hubert Nyssen, que nous avions vu et entendu à Montauban à lettres d'automne, s'en est allé le 12 novembre 2011 à l'âge de 86 ans, laissant une entreprise passionnante, mais bien ancrée dans le monde culturel, une entreprise qui a connu à ses débuts une situation financière un peu rude (avant le succès foudroyant de Millénium), mais a généré beaucoup de bonheur.

    « Actes Sud » n'en finit pas de grandir. En effet, l'entreprise a pris le contrôle d'une dizaine de confrères, constitué un réseau de librairies, créé des bureaux à Paris, mis en place à Arles un centre culturel. Ses bénéfices tournent autour de 2,5 millions d'euros, ce qui lui assure l'indépendance. La société appartient à 95% à une SCI familiale composée principalement de Françoise et son mari. Pour l'essentiel, souligne Bertrand Py, le directeur éditorial, « ils utilisent leurs dividendes pour entreprendre et pour servir, avec beaucoup de générosité ». C'est ainsi qu'après le suicide de leur fils âgé de 18 ans, Antoine, en février 2012, dans une école spécialisée du Massachusetts, ils ont créé une école alternative, « Le Domaine du Possible », dédié aux enfants précoces exclus du système scolaire classique. Dyslexique, dyspraxique, cet adolescent ne trouvait pas sa place et a laissé le message suivant à ses parents : « Ça me rendra heureux de savoir que vous vous portez bien et que vous faites des choses que vous aimez. » Il aurait été certainement à son aise dans cet établissement installé à La Volpelière, construit sur 120 hectares entre la Crau et la Camargue qui, sous l'égide d'Edgar Morin et de Pierre Rahbi, propose une alternative au vieux système éducatif et accompagne une centaine d'élèves en difficultés, de la maternelle au baccalauréat, au milieu des oliviers, amandiers, pins d'Alep, moutons, taureaux et chevaux.

    En mai 2017, une page nouvelle s'est ouverte pour Françoise Nyssen qui a dû laisser la présidence d' « Actes Sud » à son mari. À sa grande surprise, elle a été nommée ministre de la culture par Emmanuel Macron. Contrairement à son père, elle n'est pas sensible aux honneurs. Elle a accepté cette responsabilité après un peu de résistance, capitulant devant la force de persuasion du président de la République expliquant que ce ministère a besoin d'être incarné, réenchanté, devant l'attitude admirable de son mari qui veut bien assurer la continuité de l'entreprise. Elle a senti également que, du haut de son paradis, Antoine la guidait vers une nouvelle mission au service des autres. Le chemin ne sera peut-être pas tranquille, mais Françoise Nyssen est une adepte du yoga et du shiatsu. Elle doit son apparence calme à l'heure de méditation qu'elle se réserve tous les matins, méditation au cours de laquelle elle pratique les cinq tibétains, des exercices propres à chasser le stress.

    Nulle inquiétude à avoir pour l'entreprise « Actes Sud ». Sa pérennité semble assurée par les enfants Nyssen puisque vers l'âge de 30 ans trois filles sont revenues vers la maison pour y trouver leur place et y travaillent désormais. Elles seront et sont déjà au service de ce projet initié par leur grand-père, en accord avec l'idée qu'il se faisait du métier d'éditeur ! Placer l'éditorial au centre, s'attacher au contenu des livres, prêter attention à tous ceux dont on a la responsabilité, les auteurs comme l'équipe. Et veiller à conserver le plaisir de le faire.

Andrée CHABROL-VACQUIER

Les écrivains et la gastronomie


Des mots aux mets, il n'y a qu'un pas. Il ne faut donc pas s'étonner que de Rabelais à Dumas, de Colette à Pagnol, Marie Rouanet, Mathias Enard, Marie NDiaye et bien d'autres, nos écrivains aient souvent célébré la bonne chère. Installons-nous donc à leur table !

La nourriture est omniprésente dans l'oeuvre de François Rabelais. Le premier roman de cet humaniste de la Renaissance, paru en 1532 et sous-titré « Chronique truculente de la vie d'un géant aux appétits joyeux » a pour héros Pantagruel, né un mardi-gras. Toujours affamé, celui-ci commence par se repaître du lait de 4600 vaches et passera sa vie à ripailler, d'où l'expression maintenant courante « appétit pantagruélique ». Rabelais, ivrogne de réputation, a vraiment influencé notre langue qui a retenu par exemple : « repas gargantuesque », « dive bouteille », « mouton de Panurge », substantifique moelle », « rabelaisien », « corne d'abondance », etc.

Les auteurs suivants ont également un faible pour la nourriture. Au XIXe, George Sand est une épicurienne qui fait pousser patates douces et ananas, pique-nique avec Balzac, Dumas ou Chopin, cuisine allègrement les mets du terroir dont elle compile les recettes (800 pages), affirme « faire des confitures est aussi sérieux qu'écrire un livre ».

Victor Hugo, à l'appétit insatiable, faisait des mariages gustatifs insolites, assaisonnant par exemple son café au lait d'un filet de vinaigre ou relevant son morceau de brie d'une cuillerée de moutarde. Il adorait mélanger dans son assiette tous les plats servis à dîner et laper de deux heures en deux heures de grandes terrines de consommé quand il écrivait et attendait l'inspiration.

Dumas père adorait manger et cuisiner. Il essayait d'épater ses convives, parmi lesquels le compositeur Rossini, inventeur du tournedos au foie gras, en préparant les épices rapportées de ses voyages en Orient et en inventant des recettes comme le poulet à le ficelle ou le potage aux queues de crevettes. En 1873, trois ans après sa mort, parut son Grand Dictionnaire de cuisine qui tint une place à part dans son oeuvre. C'est en quelque sorte le roman de sa vie où il se montre philosophe, historien et poète.

Même Virginie Wolf que l'on disait anorexique affirmait : « On ne peut ni bien penser, ni bien aimer, ni bien dormir, si on n'a pas bien dîné. » Elle a d'ailleurs placé dans ses livres de nombreuses scènes de repas, notamment dans Mrs Dalloway ou La Promenade du phare.

Romancière, journaliste, Colette parle de nourriture, d'ingrédients et de recettes dans sa vie, ses livres, ses articles dans Marie-Claire ou Le Figaro. Que ce soit dans sa Bourgogne natale ou dans sa jolie maison de Saint-Tropez (La Treille Muscate), elle observe, dévore, se régale par exemple de riz aux favouilles (petits crabes parfumés), de rascasse farcie, de beignets d'aubergine. Dans La Naissance du jour, elle interroge : « Ne crois-tu pas qu'ils aimeront ma sauce avec les petits poulets ? Quatre petits poulets fendus par moitié, frappés au plat de la hachette, salés, poivrés, bénits d'huile pure... »

Roald Dahl, géant de la littérature jeunesse, auteur de Charlie et la chocolaterie, est obsédé par la nourriture, laquelle traverse son oeuvre. Cette idée fixe remonte à son enfance où, interne dans un collège gallois, il avait avec des camarades la mission de tester les chocolats de la célèbre maison Cadbury. Il ne se limite pas aux plaisirs de la table, s'attarde sur leurs inconvénients quand ils engendrent la gloutonnerie, finit par conseiller : « Soyez gourmet et non gourmand.»

Les livres de Jean Giono fleurent bon l'huile d'olive et les herbes sauvages. Cet auteur provençal de coeur et de plume doit son goût des bonnes choses à sa mère Pauline et il recommande « la bouillabaisse du pauvre » (sans poisson), les truffes (bon marché à l'époque), les oeufs fraîchement sortis du nid frits ou à la coque.

Certains esprits moqueurs trouvaient que l'écriture de Marguerite Duras avait parfois des airs de listes de commissions ou de recettes de cuisine. L'auteure de L'Amant n'a jamais caché son goût pour les bons petits plats qu'elle dégustait à ses adresses préférées ou qu'elle concoctait dans la grande cuisine de sa maison de Neauphle-le-Château. En 1999, trois ans après sa mort, son fils, Jean Mascolo, décida de publier un petit ouvrage intitulé La cuisine de Marguerite où l'on trouvait par exemple les secrets de la soupe poireaux – pommes de terre de l'omelette vietnamienne ou de la tarte au citron. Mais Yann Andréa, l'exécuteur testamentaire s'y opposa. L'ouvrage est devenu un véritable objet de culte.

Marcel Pagnol est très attaché aux saveurs de son enfance méridionale à Aubagne. Épicurien, il aime : polenta gratinée, omelette soufflée aux asperges sauvages, fougasse aux olives et romarin, poêlée de palourdes, etc. et tout cela arrosé d'un petit remontant. « Il faut que la liqueur s'épanouisse sur la langue. Ça te pince un peu la pointe et puis ça s'ouvre comme un éventail qui te caresse les gencives et hop ! un velours dans la gargamelle. » (écrit-il dans le scénario des « Lettres de mon moulin »).

Nos contemporains ne sont pas en reste sur le plan des nourritures terrestres. Chez Michel Houellebecq, elles abondent, révélant les ressorts cachés des personnages. Soumission, par exemple, est émaillé de céleri rémoulade et de purée de cabillaud. En ce qui le concerne, l'auteur adore la charcuterie.

Jim Harrison, disparu en mars 2016, était un bon vivant, boulimique, grand amateur d'alcools, de tabac, de repas abondants, et disait : « J'aime les huîtres, par douzaines... de douzaines. » Ses véritables Mémoires datent de 2002 et s'intitulent Aventures d'un gourmand vagabond (Bourgeois).

Le Goncourt 2015 (Boussole), Mathias Enard, vit à Barcelone où il a ouvert un restaurant libanais avec un ami et se livre au grand plaisir de cuisiner, du sanglier par exemple, avec un gratin de crozets cuits dans du thé fumé.

En octobre 2016, Marie NDiaye (prix Goncourt 2009 pour Trois femmes puissantes), a publié La cheffe, roman d'une cuisinière, ouvrage dans lequel elle raconte la vie, la carrière de son héroïne et où la cuisine est vécue comme une aventure spirituelle dans laquelle le plaisir et le corps sont les instruments d'un voyage vers un au-delà.

N'oublions pas notre invitée de 2008, Marie Rouanet, ainsi perçue d'après son oeuvre :

« Chez Marie

C'est à Noël qu'il faut frapper à sa demeure

Pour y sentir alors le bonheur, la chaleur,

La douceur du partage et les parfums d'orange.

Le noir genévrier coupé dans la forêt

Embaume la maison où se mêlent aussi

L'odeur des berlingots et des bougies soufflées,

Des souvenirs d'enfance à jamais conservés.

Dans une coupe blanche au centre de la table

Vit depuis quelques jours le blé de sainte Barbe,

Pendant que sont servies des huîtres de l'étang.

Un vrai cochon de lait, du confit, du foie cru

Et les treize desserts bien connus en Provence.

Marie est inventive et poète surtout,

Aussi n'oubliez pas de prendre dans le plat

Qui vous fait des clins d'oeil de toutes les couleurs

Quelques noix en argent ou quelques noix en or,

Pour avoir le plaisir d'y découvrir blottis,

Un petit mot d'amour, un caillou, une perle,

Une pépite d'or, un fin croissant de lune,

Un rayon de soleil ou un soupçon d'espoir.

(A. C.-V.)

La gastronomie et la littérature entretiennent donc un vieux compagnonnage. Barthes notait que « chez Flaubert, Proust, Zola, on sait toujours ce que mangent les personnages » et que la description du contenu des assiettes « constitue la marque même du romanesque ». Nous pouvons remarquer par ailleurs que la remise des grandes distinctions littéraires est toujours associée de différentes manières à des repas ou des cocktails dînatoires : Goncourt et Renaudot chez Drouant, Fémina au Cercle de l'union interallié, à deux pas de l'Élysée, Médicis à la Méditerranée, place de L'Odéon, Interallié chez Lasserre aux abords des Champs-Élysées, etc. Nourritures terrestres et intellectuelles sont le sel de la vie si elles se combinent intelligemment.

Andrée CHABROL-VACQUIER

LE TALENT SERAIT-IL HEREDITAIRE ?

 
    Il est difficile de répondre à cette interrogation tant le problème est complexe. Mais, au fait, comment définit-on le talent ? Le dictionnaire le voit comme une aptitude particulière dans une activité, - une capacité -, un don. Chacun d’entre nous a plus ou moins des aptitudes à faire ceci ou cela ; ne dit-on pas par exemple « Elle brode comme sa grand-mère » ou « Il a la voix de son père » ?
   On remarque en effet des générations d’écrivains, de musiciens, de comédiens, d’artistes, de sportifs, etc. qui jalonnent les généalogies de certaines familles, ce qui conduit à se poser la question de l’hérédité. Ainsi de nombreux enfants d’écrivains poursuivent brillamment l’oeuvre d’un parent ou écrivent eux-mêmes. Par exemple, Patrice DARD a continué à faire vivre le San Antonio de son père Frédéric ; l’Américaine Mary HIGGINS CLARK a passé de son vivant le témoin à sa fille Carol, auteur de romans noirs plus fantaisistes et moins terrifiants que les siens. Elles ont même écrit ensemble deux charmants suspenses Trois jours avant Noël et Le soir je veillerai sur toi (Albin Michel). D’autres ont suivi le chemin de leur géniteur ou génitrice. Citons Françoise MALLET JORIS, fille de la romancière Suzanne LILAR ; Jean-Philippe TOUSSAINT, fils du romancier Yvon ; Julie WOLKENSTEIN, fille de Bertrand POIROT-DELPECH ; Yann QUEFFELEC, fils d’Henri ; Alexandre JARDIN, fils de Pascal ; Marie NIMIER, fille de Roger ; Martin AMIS, fils de KINGSLEY, Mazarine PINGEOT, fille de François MITTERRAND, etc.
   Dans le milieu des arts, du théâtre, du cinéma, de nombreux enfants ont des géniteurs talentueux comme Sacha GUITRY, Romane BOHRINGER, Guillaume et Julie DEPARDIEU, Charlotte GAINSBOURG, Vincent CASSEL, Chiara MASTROÏANI et bien d’autres. BACH, MOZART, BEETHOVEN, ont eu des pères célèbres, et les CASADESUS sont un bel exemple de transmission.
   Dans un autre domaine, James THIERREE, funambule, acrobate volant, est le petit-fils de CHARLOT, fils de Victoria CHAPLIN et de Jean-Baptiste THIERREE qui ont créé ensemble « Le Cirque invisible ». Ce milieu du cirque présente une quantité de filiations talentueuses : BOUGLIONE, RANEY, GRUSS, etc.
Peut-on dire pour autant que le talent d’écrire, de peindre, de faire de la musique, du sport, du théâtre, de la politique, des mathématiques, etc.se reçoit à la naissance ? On pourrait le croire en étudiant certaines familles comme les RENOIR, ROSTAND, CHEDDID, DEBRE, etc. mais peut-être que, plongé dans la " bonne famille ", chacun arrive à déployer ses ailes. Il est possible de transmettre sa passion à ses enfants. Ainsi de nombreux artistes ont affiné leur art en baignant dans un univers adéquat dès l’enfance. Plusieurs facteurs socio-environnementaux entrent donc en jeu et les scientifiques restent assez méfiants sur la question de l’hérédité du talent. Est-ce que MOZART aurait été lui-même sans son père ? Est-ce monsieur Agassi qui a " fabriqué " son champion de fils ? Comment savoir que l’on dispose d’aptitudes, de dons, si personne ne nous aide à en prendre conscience ? Sans Monsieur GERMAIN, SON INSTITUTEUR, CAMUS serait-il devenu ce qu’il a été ?
    Mais d’autres n’ont pas eu de famille pour les aimer, les entourer, les conseiller comme Gérard DEPARDIEU ou Johnny HALLIDAY, tous deux talentueux en leur domaine ? Nombreux sont ceux qui ont su développer un don par eux-mêmes avec l’aide des rencontres, du hasard.
    Par ailleurs, on remarque que dans une famille tous les enfants n’ont pas forcément le don de leur géniteur. Plutôt que d’hérédité, on pourrait alors parler d’héritage plus ou moins lointain. Martin AMIS avait un frère et une soeur et il a été le seul à devenir écrivain. Par ailleurs, le fils unique, non reconnu, du sculpteur RODIN a tout juste été capable de devenir le gardien de la villa-musée des Brillants à Meudon. Camille CLAUDEL semblait un petit canard dans sa famille. On pourrait citer un grand nombre d’auteurs, de musiciens, de chanteurs, de sportifs, hommes ou femmes de talent n’ayant engendré aucun génie ; leurs rejetons pourtant favorisés ne percent pas. Bien des enfants ont pris la plume à l’exemple de leurs parents et n’ont pas réussi à les égaler comme Michel VERNE, Louis RACINE, Claude MAURIAC, DUMAS fils, etc. Sachant qu’il ne pourrait rivaliser avec son père, Thomas, Klaus MANN (oeuvre estimable malgré tout) s’est suicidé à l’âge de 42 ans. En revanche, CREBILLON et Léon DAUDET ont surpassé leur géniteur.
Affirmer que le talent est héréditaire serait aller contre la science mais on ne peut s’empêcher de penser qu’il a quelque chose de génétique. « Un chien ne fait pas des chats », dit le proverbe. Nous remarquons tous que dès la naissance s’affirment certaines dispositions chez l’individu : aisance gestuelle, jolie voix, oreille absolue, belle diction, imaginations fertile, attirance pour ceci ou cela, etc. La famille joue alors un rôle capital en aidant, favorisant ou, au contraire, en bloquant des vocations. Nous avons tous, à des échelles différentes, des dons hérités d’un parent plus ou moins lointain ; il appartient à l’entourage de les déceler, les développer et à l’individu de travailler car le don nécessite du labeur, de la volonté, de la persévérance pour devenir talent.
Andrée-Chabrol-Vacquier
Plus d'articles...